Union locale CGT du Conflent

10 mars 2010

medico social en danger

LE MEDICO-SOCIAL EN DANGER

GRAND RASSEMBLEMENT DEVANT LA PREFECTURE LE 15 MARS A 15H

Le 15 mars 2010

La Convention Collective Nationale 66 aura 44 ans

Depuis décembre 2008, les syndicats employeurs  ont engagé une phase de révision de la CCNT 66.

Leurs propositions portent atteinte aux conditions de travail ainsi qu’à la qualité de l’accompagnement des personnes handicapées ou en difficulté, ces propositions visant uniquement la réduction des coûts salariaux par la déqualification des salariés, la réduction de l’ancienneté, la remise en cause de congés supplémentaires conventionnels etc….

Par ailleurs la  loi « hôpital, patients, santé et territoire » (loi Bachelot)  débattue à l’Assemblée Nationale renforce la marchandisation de ce secteur. Conjuguée à la Révision Générale des Politiques Publiques (R.G.P.P) et la réforme des collectivités locales (regroupement des régions, départements devant s’occuper de « ses pauvres » et de « ses handicapés »…..), cette loi va accentuer le transfert de charge de l’Etat et de l’Assurance Maladie vers les collectivité locales.

Cette politique vise en premier lieu à une réduction des coûts en tout genre qui vont à l’encontre des besoins des usagers et des personnels.

La CCNT 66 doit maintenir son « caractère national garant des missions de service public et de nature volontairement non lucrative de ce secteur. Nous ne voulons pas d’un « socle » conventionnel national à minima.

La CCNT 66 doit rester structurée autour des qualifications, des diplômes nationaux et des métiers qui sont reconnus dans tout le secteur en y intégrant les nouveaux métiers.

Les salariés réclament une revalorisation générale des salaires et le maintien et la généralisation pour tous les personnels des congés annuels supplémentaires, éléments essentiels du contrat collectif conventionnel reconnaissant jusqu’ici de la difficulté de cette profession.

Il faut que les modifications apportées à leur convention aille vers son amélioration et non vers son démantèlement. Ils veulent garantir la qualité de leurs pratiques.

Des dizaines de milliers de salariés sur toute la France sont en action. Ils rejettent avec colère et détermination ce démantèlement programmé de la principale convention collective du secteur social et médico-social.

Venez nombreux les soutenir devant la Préfecture

où ils fêteront dignement l’anniversaire de leur convention !

Assurons lui un avenir pour qu’elle reste encore longtemps l’outil qui garantisse  la qualité de prise en charge des usagers, mais aussi des conditions de travail et des salaires des personnels :

SOLIDARITE !

Posté par jbgg à 11:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 novembre 2009

Les luttes dans les P.O.

Pour la défense et le développement

des sites ferroviaires dans les P.O.

Rassemblement unitaire

devant la gare de Perpignan

Samedi 5 décembre 10h

Nous publions ci-dessous l'appel que font nos camarades des syndicats CGT des cheminots de Villefranche, Perpignan et Cerbère dans le cadre d'un rassemblement avec les partis de gauche : Initiatives citoyennes, Parti communiste français, Parti de gauche et Nouveau parti anticapitaliste.


Dans le cadre d’un grand rassemblement avec les partis de gauche; Initiatives Citoyennes, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Nouveau Parti Anticapitaliste, les syndicats CGT des cheminots de Villefranche, Perpignan et Cerbère appellent l’ensemble des cheminots, actifs et retraités, à participer massivement à cette manifestation.

Le Samedi 5 Décembre 2009 à partir de 10h00

devant la gare de Perpignan.

L’ensemble des restructurations engagées par la SNCF n’a qu’un objectif, éclater la SNCF en plusieurs Entreprises Ferroviaires : TER, Voyages SNCF, Fret et en activités autonomes pour détruire son caractère intégré, supprimer des emplois et casser le statut des cheminots.

Cette journée permettra de faire connaître les projets CGT de défense et de développement de nos sites ferroviaires basés sur la défense du service public.

Ce rassemblement sera suivi d’un forum à 14 h 00 à l’ancienne cantine Gare de Perpignan :

« Pour une autre politique régionale des transports »


Posté par jbgg à 15:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2009

Les luttes dans les P.O.

Carrefour-Claira

La lutte paie !

Vendredi dernier, le Syndicat CGT Carrefour-Claira, de l’UL CGT Perpignan Nord et de l’UD CGT des Pyrénées-Orientales tenaient une conférence de presse à la Bourse du Travail pour rendre compte des jugements du Conseil des Prud’hommes de Perpignan en faveur des salariés, suite à la lutte déterminée qu’ils ont engagée dans ce supermarché.

Un encouragement à tous les travailleurs du commerce confrontés partout, et dans le Conflent en particulier, à un patronat de choc, prêt à tout pour surexploiter "sa" main-d'oeuvre !

Ci-dessous quelques extraits de l’invitation que nos camarades avaient envoyée à la presse.


Suite à la demande de nombreux salariés de CARREFOUR-CLAIRA, payés en dessous du

SMIC, le Conseil des Prud’hommes de Perpignan, par 2 fois, le 1er avril 2008 et le 2 avril 2009, a condamné CARREFOUR, pour non respect du SMIC (Salaire minimum interprofessionnel de croissance).

Après épuisement des recours par la direction de Carrefour, les jugements du Conseil des prud’hommes de Perpignan sont irrévocables et définitifs.

Dans le département, des dizaines d’autres salariés de Carrefour Claira, mais aussi de Carrefour Canet et de Carrefour Market ont demandé réparation devant le Conseil des Prud’hommes de Perpignan.

Au niveau national c’est des dizaines de procédures devant les juridictions pénales et prud’homales qui sont en cours.

Ce sont des centaines et des centaines de salariés sur le département, des dizaines de milliers au niveau national qui sont concernés.


Posté par jbgg à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2009

Contre les expulsions de "sans-papiers" !

Réunion à Prades

vendredi 20 novembre (19h)

Salle Eyt

L'Union locale s'associe pleinement à l'initiative appelée par Réseau éducation sans frontières (RESF). Ci-dessous la déclaration que RESF 66 a envoyée à plusieurs organisations les invitant à participer à cette initiative et à la relayer. Il y a urgence à se mobiliser toutes et tous ensemble !

Dans notre département, plusieurs familles mixtes « sans-papiers », déboutées de leur demande de droit d’asile politique, sont menacées d’expulsion.

Deux d’entre elles (azéri-arméniennes), avec des enfants dont certains en bas âge, résident à Prades. Les enfants d’une de ces familles se sont vu refuser l’accès à la cantine parce qu’ils ne pouvaient pas la payer. Leur situation est d’autant plus difficile que, au vu de leurs origines, leur expulsion ne peut se réaliser car aucun des deux pays n’accepte de les accueillir. La répression qu’ils subissent est insupportable tant en Azerbaïdjan qu’en Arménie. Pour autant les autorités publiques les laissent dans une situation inextricable…Pas de papiers donc pas de travail. Pas de travail donc pas de logement et ainsi de suite…

Jusqu’à ce jour, la Préfecture, représentant l’Etat dans notre département, refuse de prendre sérieusement en considération la situation inhumaine qui est faite à ces familles. Plus que jamais nous ne devons compter que sur notre engagement et notre mobilisation pour les soutenir et aider à obtenir leur régularisation.

C’est pourquoi RESF 66 (Réseau éducation sans frontières) invite toutes les  organisations qui, dans la région de Prades, sont attachées à la défense des droits de l’Homme et indignées par la situation dramatique que vivent les « sans-papiers », et notamment les « sans-papiers » scolarisés et leurs familles, à relayer le plus largement possible cet appel et à se réunir :

vendredi 20 novembre, à 19h, salle Eyt (à proximité du Pessebre de Prades)

Pour le bureau RESF 66

Jean-Claude Zaparty

                                 

Posté par jbgg à 08:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2009

La lutte contre la privatisation de la Poste continue !

En défense du service public postal

Rendez-vous devant le bureau de Poste de Prades

Samedi 7 novembre (dès 9 heures)

La campagne inaugurée par le succès de la votation citoyenne du 3 octobre continue ! Au moment où le projet de loi gouvermental ouvrant la voie à la privatisation de la Poste est en discussion au Sénat, la mobilisation doit même être encore plus forte que le 3 octobre pour faire céder ce pouvoir "autiste" et pour que soit entendue la volonté de la population d'être consultée démocratiquement sur une question qui la touche dans sa vie quotidienne, et tout particulièrement dans nos quartiers populaires et nos zones rurales.

L'Union locale des syndicats CGT du Conflent, partie prenante du comité unitaire qui s'est constitué dans le Conflent contre la privatisation de la Poste, appelle les syndiqué(e)s et toutes les personnes attachées à la défense de ce service public à se rendre, dans la matinée du samedi 7 novembre, devant le bureau de Poste de Prades. Des cartes postales à envoyer à Sarkozy réclamant la tenue d'un référendum y seront mises à disposition...

Le bureau de Prades fait partie des bureaux de Poste menacés de "réorganisation". Le personnel de la Poste tout comme les usagers ont bien vu depuis plusieurs années ce que signifient ces "réorganisations" : réduction de personnel, détérioration des conditions de travail et de la qualité du service rendu, augmentation des tarifs, réduction des horaires d'ouverture (quand ce ne sont pas des fermetures pures et simples), allongement des files d'attente, etc. C'est la casse planifiée du service public, sacrifié sur l'autel du profit capitaliste.

Ci-dessous le communiqué du Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste à paraître prochainement dans la presse.


Le succès rencontré par la votation citoyenne du 3 octobre sur le projet de loi modifiant le statut de la Poste montre le profond attachement populaire à ce service public. Il montre également la volonté de la population d’être consultée démocratiquement sur son avenir.

A l’heure où ce projet de loi est examiné par les parlementaires, l’action en défense de la Poste se poursuit et s’amplifie.

Le « Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste » invite la population du Conflent à se retrouver samedi 7 novembre, à partir de 9 heures, devant le bureau de Poste de Prades pour signer et envoyer la carte postale nationale « J’écris au Président » adressée à Nicolas Sarkozy lui demandant d’organiser un référendum sur ce service public.

Pour tout contact : Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste, 12 rue des Pyrénées, 66500 Prades - Courriel : comite-conflent-contre-privatisation-poste@laposte.net - Tél. : 06.81.58.00.00


Posté par jbgg à 22:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 octobre 2009

Solidarité avec la grève des travailleurs du Pôle Emploi

Mercredi 21 octobre à 10h

Devant le Pôle Emploi de Prades

Les salariés du Pôle Emploi en grève nationale aujourd’hui, mardi 20 octobre, viennent de décider la reconduction de leur mouvement. La CGT et les autres syndicats, qui ont appelé dans l’unité à cette action, organisent mercredi 21 octobre à 10h un piquet de grève devant le Pôle Emploi de Prades. (Un autre piquet de grève se tiendra au même moment à Céret.)

L’Union locale CGT du Conflent appelle la population et les travailleurs avec ou sans emploi à la solidarité active avec leur grève en venant rejoindre leur piquet de grève.

Leur lutte nous concerne tous : c’est la même casse du service public contre laquelle nous nous battons quand nous nous mobilisons en défense de la Poste. C’est, au cœur même de leur mission, la question du chômage et de la précarité qui nous frappe et nous menace tous et toutes. C’est la même dégradation des conditions de travail que connaissent ceux qui ont encore un emploi... En unissant nos efforts et nos luttes, nous n’en serons que plus forts pour faire reculer le gouvernement et le patronat.

Le gouvernement – tout comme il prétend aujourd’hui que sa loi sur la Poste vise à améliorer le service – a prétendu que la fusion ANPE-Assedic devait améliorer l’accueil des usagers. Toujours le même mensonge au profit de la rentabilité capitaliste. En vérité, les sept syndicats de Pôle Emploi dénoncent une "situation de plus en plus difficile et intolérable, et des services dégradés pour les usagers".

Les 46000 salariés de Pôle Emploi sont confrontés chaque jour à de plus en plus d'inscriptions des demandeurs. Surcharge de travail avec l'afflux massif de demandeurs d'emploi depuis le début de la crise, effectifs insuffisants, fusion à marche forcée, formations trop courtes pour devenir polyvalents, management par objectifs, sous-traitance au privé figurent parmi les nombreux motifs de mécontentement exprimés. 

La montée du stress au guichet s'est traduite par 63 agressions physiques et 2093 verbales en huit mois, selon la direction, davantage selon les syndicats. Un suicide et cinq tentatives de suicides sur le lieu de travail ont été reconnus par la direction, selon les syndicats. Sans parler des autres salariés qui se sont suicidés ou ont tenté de le faire chez eux, sans que la direction les reconnaisse.

Les salariés du Pôle Emploi ne veulent pas connaître la même situation que France Télécom. "Le mouvement, d'une rare ampleur, en dit long sur le ras-le-bol des employés, syndiqués ou non", a jugé, à Brest, Michel Riou (CGT).

Pour en savoir plus, consulter le site de nos camarades de la CGT du Pôle Emploi : http://www.unas.cgt.fr


Posté par jbgg à 19:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2009

17 octobre 2009 : Appel à mobilisation !

Pour les droits des femmes

Manifestation nationale

Samedi 17 octobre

La CGT s’associe, avec quelque 90 organisations, à l’appel unitaire national lancé par le Collectif national pour les Droits des Femmes et Femmes solidaires à une grande manifestation pour les droits des femmes.

Égalité formelle des droits, oui, mais pas égalité réelle ! Les inégalités ne sont plus dans le Code civil ou pénal mais sont encore bien présentes dans la vraie vie dans la France capitaliste :

  • Les femmes perçoivent des salaires inférieurs de 21 % à ceux des hommes

  • Elles représentent 80 % des travailleurs pauvres, assurent l’essentiel du travail ménager et de l’éducation des enfants

  • 85 % des emplois à temps partiel sont occupés par des femmes

  • Leurs retraites sont en moyenne inférieures de 600 € par mois

  • Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint

  • Une femme est violée toutes les dix minutes...

Notre pays connaît une crise du capitalisme sans précédent de par sa longévité et la brutalité de ses attaques sur nos vies. Personne n’est épargné : jeunes, retraité(e)s, actifs, chômeurs, migrant(e)s… Dans cette situation d’une violence inouïe, les femmes sont une fois de plus en première ligne des mauvais coups :

  • Précarisation accrue, flexibilité des horaires, travail à temps partiel imposé, chômage

  • Suppression de postes par milliers dans les services publics largement féminisés

  • Atteintes contre les maternelles avec l'ouverture des jardins d’accueil payants

  • Remise en cause des « bonifications » en matière de retraite pour les mères salariées

  • Remise en cause régulière des subventions accordées aux associations engagées dans le combat en faveur des femmes (par exemple, le Planning familial)

L’action du 17 octobre s’inscrit dans le processus de mobilisation qui redémarre en cette rentrée et qui nous concerne tou(te)s. La lutte pour l’égalité et les droits des femmes se construit dans l’unité, en solidarité avec tous/toutes les salarié(e)s, et participe à la construction d’un mouvement social unitaire qui soit une vraie riposte d’ensemble aux attaques du gouvernement au service du patronat.

Manifestation nationale

17 octobre 2009

Place de la Bastille à Paris (14h)

Pour lire et télécharger le tract unitaire d’appel : MOBILISATION_17_OCTOBRE_couleur

.


Posté par jbgg à 14:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les retraités poursuivent leur mobilisation

Rassemblement à Perpignan

Vendredi 16 octobre

au pied du Castillet (10h30)

Les organisations syndicales de retraités CGT, CFDT, CFE-CGC, UNSA et la FGR-FP ont décidé au niveau national de poursuivre leur démarche unitaire afin d’obtenir des réponses concrètes aux besoins réels des retraités :

  • Maintien de leur pouvoir d’achat, avec un effort particulier en faveur des retraités les plus modestes ;

  • Abandon du projet de décret gouvernemental libéralisant et augmentant le coût de l’hébergement dans les maisons de retraite publiques ;

  • Mesures concrètes mettant fin aux dépassements abusifs des honoraires médicaux et établissant des permanences de soin de qualité ;

  • Répartition équilibrée des professionnels de santé sur tout le territoire ;

  • Réponses à la hauteur des besoins des personnes en situation de perte d’autonomie à leur domicile et en établissement, sur la base d’une organisation nationale collective et solidaire.

Pour lire et télécharger le tract commun : UCR_Communiqu_commun


Posté par jbgg à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2009

Les résultats de la votation

Consultation citoyenne sur l'avenir de la Poste

La privatisation c'est un NON massif !

L’UL CGT du Conflent se réjouit du succès de la consultation sur la Poste dans le Conflent (voir les chiffres dans le communiqué du Comité ci-dessous) et le reste du pays.

Ce qui vient d’avoir lieu en France avec cette consultation – une initiative inédite – est énorme : 2 123 717 votes sur l’ensemble du territoire (comptabilisés à la date du 5 octobre), avec plus de 90% des électeurs disant NON au projet de loi gouvernemental ouvrant la porte à la privatisation : un verdict sans appel. Ce projet de loi, illégitime, doit être retiré !

Ce succès a été permis par l’unité d’action qui s’est réalisée, tant localement que nationalement, entre plusieurs organisations – syndicales, politiques, associatives – et qui doit se poursuivre en s'amplifiant. Une puissante mobilisation conjuguée des postiers, des usagers et des élus est nécessaire pour mettre en échec le projet gouvernemental.

Ce succès témoigne de l’attachement profond de la population au service public postal  qui, au-delà de son rôle économique, joue un rôle de lien social indispensable et irremplaçable. Il témoigne également d’une volonté démocratique de la population d’être consultée et entendue sur des questions qui engagent son quotidien. La Poste appartient à toutes et tous ! Aucune modification de son statut ne peut se faire sans l'organisation d'un référendum. La démocratie doit être respectée !

Forte de ce succès, la lutte continue – en défense de la Poste et, par-delà, pour des services publics de qualité !

Nous reproduisons ci-dessous le communiqué publié par le Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste, dont l’UL CGT est partie prenante aux côtés du NPA, du PG, du PCF, d'ATTAC et de Nature et Progrès – et dont nous souhaitons un élargissement à tout opposant à la casse du service public postal.


Consultation citoyenne dans le Conflent sur l’avenir de la Poste

Le Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste tient à remercier la population et tous les élus(e)s qui, au-delà de leurs différences, on agi politiquement au sens noble du terme, en tant que citoyens, pour la défense de la Poste et du Service public.

A ce titre, il remercie particulièrement les communes de : Campôme, Canaveilles, Catllar, Caudies de Conflent, Codalet, Fillols, Fontpédrouse, Jujols,  Mantet, Los Masos, Marcevol, Nyer, Olette, Oreilla, Py, Railleu, Ria-Sirach, Rodès, Sahorre, Sansa, Serdinya, Taurinya, Thues entre Valls, et Villefranche qui ont permis de réussir cette consultation.

De toutes nos communes du Conflent, et au-delà, les mêmes résultats convergent : la défense de la Poste rencontre un profond soutien populaire.

A Prades, Vernet-les-Bains, Ayguatèbia, Marquixanes et Mosset, la consultation a été organisée par le Comité lui-même.

En très peu de temps (douze jours sur le Conflent), et peu de moyens, cette votation a rencontré la sympathie de l’opinion publique :

Résultats provisoires :

2588 votants au total sur 28 communes

2545 NON AU PROJET

27  OUI

16 NULS

soit 98,95 % des suffrages exprimés contre le projet de privatisation.

Ce vote franc et massif est un formidable atout pour rester mobilisés et, ainsi, faire reculer les privatiseurs. Cette consultation citoyenne est l’exemple même de la volonté des citoyens d’être consultés sur un dossier où le pouvoir en place le leur refuse. Un exemple démocratique à suivre.

Le Service public est la propriété de la Nation et ne doit pas être à la disposition des intérêts privés. Lors de cette consultation, souvent, les gens nous ont exprimé leur ras le bol de voir disparaître les Services publics les uns après les autres.

Si le gouvernement croyait pouvoir faire passer la privatisation comme une lettre à la poste, il se trompait gravement. Il doit retirer son projet ou organiser un referendum. Il s’agit d’une propriété collective, une propriété du Peuple et donc tous les citoyens doivent pouvoir se prononcer sur son avenir.

Prades, le 5 octobre 2009

Le Comité du Conflent contre la privatisation de la Poste

12, rue des Pyrénées-66500 Prades

Courriel : comite-conflent-contre-privatisation-poste@laposte.net

Téléphone : 06.81.58.00.00

Pour consulter les résultats commune par commune, cliquer ici :R_sultats_provisoires_votation_poste_conflent


Posté par jbgg à 10:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2009

7 octobre 2009 - Journée nationale d'action interprofessionnelle

Journée mondiale pour un travail décent

Mercredi 7 octobre

CGT - CFDT - FSU - Solidaires - UNSA

Rassemblement à Perpignan

(au pied du Castillet, à 16h)

Ne laissons pas les affaires du monde aux mains du monde des affaires !

Il nous faut une riposte d'ensemble à la hauteur des enjeux !

Il y a un an, le système capitaliste bancaire s’effondrait. Les gouvernements à son service ont déversé des centaines de milliards d’euros pour le renflouer.

Les coupables de la crise se sont refait une santé : la Bourse s’envole, les spéculateurs se frottent les mains. Les grands patrons et les tradeurs touchent, à nouveau, leurs bonus...

Ne les laissons pas recommencer comme avant !

La crise du capitalisme qu’ils veulent nous faire payer, ce sont :

- des emplois détruits par centaines de milliers,

- des centaines de milliers de jeunes jetés dans la précarité,

- des salaires en berne, une souffrance inhumaine au travail,

- les PME et sous-traitants subissant les diktats des grands groupes,

- une explosion sans précédent de la dette publique,

- une explosion du travail illégal,

- une protection sociale au bord de l’asphyxie,

- la casse programmée du Service public,

- une remise en cause planifiée des acquis sociaux pour lesquels nous-mêmes et nos anciens se sont durement battus...

Des reculs partiels ont pu être imposés grâce aux luttes prolongées et à la ferme détermination des travailleurs. Mais tout cela reste encore loin des attentes et des nécessités pour construire une issue réelle et durable à la crise du capitalisme.

Il faudra nous mobiliser encore et encore dans l’unité d’action : toujours plus tous ensemble !

L’essentiel est devant nous !

La CGT vous propose, au cours des semaines à venir, de faire du mercredi 7 octobre une étape de la construction d’un rapport de force qui soit toujours plus favorable aux salariés, aux chômeurs, aux retraités.

Le 7 octobre se situe dans un contexte totalement nouveau du développement des luttes. De nombreuses solidarités d’intérêts grandissent, les initiatives revendicatives se multiplient malgré un silence coupable des grands médias...

Plus que jamais, la CGT propose aux salariés de s’engager dans l’action revendicative pour :

- le droit au travail pour tous et toutes ;

- la défense des emplois ;

- la régularisation des sans papiers ;

- l’augmentation du pouvoir d’achat ;

- une véritable « Sécurité sociale professionnelle » ;

- une protection sociale solidaire de haut niveau ;

- des services publics et une fonction publique de qualité...

Le 7 octobre 2009 est une occasion de nous retrouver tous, pour tous, de renforcer la solidarité entre tous les salariés et exclus qui, partout dans le monde, affrontent la même crise et qui veulent construire un avenir plus sûr, plus solidaire, une vie et un travail décents.

La crise, c’est eux !

La solution, c’est nous !

Pour lire et télécharger le tract de l'UD CGT 66 : tract_UD_CGT_7_octobre_2009


Posté par jbgg à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]